Roches instables : Tolérance zéro! - 18 juillet 2018

Ces dernières années, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a développé neuf cibles de tolérance zéro pour diminuer le nombre d’accidents du travail. L’une d’entre elles concerne les roches instables en terrain minier.

Aux grands maux les grands moyens : la CNESST n’entend pas rire concernant ces neuf cibles, car aucun laisser-aller en matière de santé et de sécurité du travail (SST) ne sera toléré. En amont, les employeurs doivent bien expliquer aux employés les lois et les conséquences de leur non-application.

Concrètement, « pour assurer la stabilité d’une excavation souterraine et éviter les accidents, il faut avoir une bonne connaissance du massif rocheux en faisant des études, des mesures sur le terrain et en observant le comportement du massif rocheux en cours d’exploitation » (CNESST). Pour ce faire, les entreprises doivent communiquer les informations pertinentes à leurs employés pour une exécution parfaite des tâches à accomplir.

Quels sont les risques auxquels les entreprises font face si elles ne respectent pas les règles établies?

Mesures de prévention essentielles à implanter

En vue d’assurer la plus grande sécurité possible de tous les travailleurs, et selon la situation de travail qui prévaut, les employeurs doivent prendre des mesures préventives :

L’isolement causé par un travail sous terre impose ce genre de mesures supplémentaires pour prévenir tout accident du travail. Toutes ces mesures assureront une santé et une sécurité renforcées des travailleurs et leur éviteront de malencontreuses conséquences, comme des blessures graves et même la mort.

Travaux à risque

Les travailleurs sont exposés à deux types d’extraction en lien avec des roches instables : les minerais métalliques, comme l’or et le nickel, en plus des minerais non métalliques comme le sel.

Également, pour les besoins de la cause, trois différents travaux à risque peuvent provoquer un effondrement en raison de l’instabilité des roches : le forage souterrain, la réalisation de tâches de boulonnage, de soutirage et de marinage, et même la « simple » circulation dans une mine.

Conséquences pour des employés d’être frappés de plein fouet par une roche instable :

Ceci dit, un bon programme de prévention et de gestion des risques est de mise afin de pallier tous dangers. Comme membre d’une mutuelle de prévention de Novo SST, accédez aux fiches de prévention, dont celle sur le Travailleur isolé, en compléments d’informations.

Pour toute interrogation, communiquez avec votre conseiller en prévention de Novo SST pour des réponses précises selon vos besoins et demandes.

Sources :

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), [En ligne], [http://www.csst.qc.ca/prevention/tolerance-zero/Pages/roches-instables.aspx] (Consulté le 1er juin 2018).

CNESST, « Roches instables : danger d’être frappé par une roche instable dans une mine souterraine », [En ligne], [http://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/100/Documents/DC100-2058web.pdf] (Consulté le 4 juin 2018).

Publications Québec, « Règlement sur la santé et la sécurité du travail dans les mines », [En ligne], mis à jour le 1er janvier 2018. [http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/showdoc/cr/S-2.1,%20r.%2014] (Consulté le 1er juin 2018).


<< Retourner au blogue