Jeunes travailleurs : Comment les protéger? - 27 avril 2017

L’arrivée du printemps est, pour un bon nombre de jeunes, le moment idéal de décrocher un emploi pour la période estivale. Ces quelques mois sans avoir à fréquenter l’école sont idéals pour remplir leur tirelire. Très avides d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences, ils optent la plupart du temps pour un nouvel emploi.

Ce changement de tâches expose les jeunes travailleurs à de nouveaux risques et dangers. Très vulnérables, ils sont les plus touchés par les accidents de travail. En 2015 seulement, on a compté plus de 10 000 lésions professionnelles chez les 24 ans ou moins selon la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Les jeunes travailleurs à l’emploi

 

Que font-ils?

Selon le Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins – Année 2015 de la CNESST, les 24 ans et moins représentent un peu plus de 15 % de la population active au cours de la saison estivale, soit de mai à août. La majorité d’entre eux œuvrent dans le secteur commercial, de l’hébergement et des services de restauration, de la fabrication, des soins de santé et assistance sociale. Ils sont plus nombreux dans le secteur du commerce, mais se blessent davantage dans le secteur de la fabrication.

Pourquoi les jeunes travailleurs sont-ils les plus touchés?

Comment les protéger?

Tout d’abord, pour s’assurer de procurer aux jeunes travailleurs une protection adéquate, l’employeur doit connaître les risques liés à l’emploi et être en mesure de les contrôler. Selon l’article 51 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST), il est dans l’obligation de protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique du travailleur.

L’intégration d’un jeune travailleur à un nouvel emploi se réalise en trois étapes distinctes, soit la formation, l’intégration et l’éducation.

D’abord, toutes les directives nécessaires pour accomplir les tâches de manière efficace et sécuritaire doivent être transmises au jeune travailleur. Une formation pertinente évitera des frais inutiles et des pertes de temps, augmentera la productivité de ce dernier et le motivera.

De plus, l’éducation à l’emploi est très importante afin de contrôler les risques. L’implantation d’une culture SST est primordiale pour réduire le nombre d’accidents du travail chez les 24 ans et moins. Pour ce faire, l’employeur doit acquérir la confiance des jeunes et ainsi les inciter à poser des questions.

Finalement, en comparaison avec un travailleur expérimenté, il faudra prévoir plus de temps pour l’intégration d’un jeune travailleur sur le marché du travail. Ce dernier nécessite plus de surveillance. Le jumelage avec un travailleur expérimenté est une stratégie payante. À titre de mentor, celui-ci a pour rôle de vérifier que le jeune maîtrise et comprend ses tâches et de répondre à ses questions.

Bref, l’arrivée d’un jeune travailleur à l’emploi est plus complexe qu’on pourrait le penser. Cependant, l’application de ces trois étapes permet un meilleur contrôle des risques.

La CNESST est là pour aider les employeurs

Jeunes et nouveaux : bien les intégrer

Pour toutes questions concernant l’arrivée de jeunes et de nouveaux travailleurs dans votre équipe, n’hésitez pas à joindre votre conseiller en prévention. Ce dernier pourra vous assister dans leur intégration et vous proposer des formations adaptées à vos besoins.

En un peu moins d’une décennie, soit entre 2006 et 2015, le nombre de lésions du travail a réduit de 40 %. Cela est signe que les employeurs sont de plus en plus conscients des risques dans leur entreprise. Le simple fait de suivre l’intégration d’un jeune travailleur en trois étapes, soit la formation, l’intégration et l’éducation, pourra réduire davantage le nombre de lésions chez les 24 ans et moins.

 

Sources :

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans et moins – Année 2015, [En ligne], http://www.cnesst.gouv.qc.ca/publications/300/Pages/dc_300_1018.aspx  

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Plan d’action Jeunesse, [En ligne], http://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/900/Documents/DC900_213_5web1.pdf 

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Former et superviser les jeunes et nouveaux travailleurs, c’est payant !, [En ligne], http://www.cnesst.gouv.qc.ca/publications/200/Documents/DC200_989web.pdf?_ga=1.88653971.946219865.1491482963


<< Retourner au blogue