Monoxyde de carbone : gaz incolore, inodore et… mortel! - 04 mars 2019

Dans la vie courante en général et au travail en particulier, plusieurs substances sont nuisibles.  En santé et en sécurité du travail (SST), l’une de ces substances à laquelle il faut porter attention est le monoxyde de carbone (CO).

Source de l'image : Capsule « Monoxyde de carbone » de Novo Studio

Mais au juste, qu’est-ce que le monoxyde de carbone? Il est le résultat de la combustion incomplète de produits organiques tels que l’essence, le propane, le bois, le papier, le charbon et l’huile à chauffage. C’est un gaz qui asphyxie et qui se diffuse rapidement dans l’air. Il est sans odeur, sans couleur et sans saveur donc très néfaste pour la santé et, dans le pire des cas, peut même être mortel. Il est impossible à détecter sans la présence d’un détecteur de monoxyde de carbone.

Même s’il se retrouve en faible concentration dans le sang, le monoxyde de carbone diminue l’apport d’oxygène. Les conséquences, mineures ou majeures, peuvent être néanmoins dramatiques et causer des séquelles irréversibles :

Source de l'image : Capsule « Monoxyde de carbone » de Novo Studio

Comme l’écrit le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), « chaque année, des centaines de travailleurs sont victimes d’un empoisonnement au monoxyde de carbone (CO). Bon nombre d’entre eux y survivent, mais d’autres n’ont pas cette chance. Au cours des mois d’hiver, ce gaz inodore, incolore et mortel revient insidieusement au premier plan ».

Sur les lieux du travail, les employeurs doivent s’assurer du bon fonctionnement de leurs équipements émanant du CO et d’avoir un système de ventilation adéquat. De leur côté, les employés doivent bien utiliser tout équipement et respecter les normes à ce sujet. De plus, en cas de dangers ou de risques, ils doivent aviser les personnes-ressources pour faire les analyses requises.

Quelques exemples d’actualité

Relatons trois faits divers récents confirmant les risques et l’importance de mesures de prévention. À l’automne dernier, un rapport d’enquête de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a confirmé que la mort de deux hommes était causée par leur exposition au monoxyde de carbone. Le tragique accident avait eu lieu en juillet 2017 à Murdochville, en Gaspésie, au Centre d’interprétation du cuivre, fermé depuis.

Également, c’est le monoxyde de carbone qui a causé l’hospitalisation d’au moins 13 personnes, en décembre dernier à Vancouver, après une intoxication dans un immeuble à bureau. C’est la présence de détecteurs de CO des ambulanciers qui l’a confirmé, comme le révélait Radio-Canada.

De plus, différents médias, dont TVA Nouvelles, rapportaient en début d’année un incident causé par la présence de monoxyde de carbone dans une école primaire, à Montréal. Au moins 35 jeunes et 8 adultes ont été exposés au gaz le lundi 14 janvier dernier.

Ces exemples-ci viennent prouver l’importance de poursuivre la lutte et de mettre en place des mesures pour contrer les accidents du travail. Les employeurs, les travailleurs et les autorités réglementaires ont tous un rôle à jouer pour sensibiliser les entreprises.

Mesures de prévention importantes

Les employeurs sont dans l’obligation de mettre en place de bonnes mesures de prévention pour éviter les risques d’accidents du travail. Alors, pour bien planifier le travail, voici quelques suggestions de mesures de prévention :

Pour prévenir des intoxications, sachez que les appareils de protection respiratoire jetable ou à cartouches sont inefficaces. Il faut plutôt utiliser ceux recommandés selon la tâche à réaliser pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs.

Également, certains travaux sont plus à risque. Dans ces cas, les travailleurs doivent être doublement vigilants : entreposage, entretien de moteurs à combustion, nettoyage à pression, sablage de planchers et travail dans un atelier mécanique n’en sont que quelques-uns.

De plus, voici une liste d’équipements et outils de travail munis d’un moteur à combustion (au diesel, à essence, au mazout, au propane, au gaz naturel, etc.) avec lesquels les risques d’intoxications sont les plus grands :

Enfin, pour obtenir plus de détails sur les risques associés au monoxyde de carbone et ses mesures préventives, les abonnés de Novo Studio peuvent se référer à la capsule Monoxyde de carbone. Comme membre d’une mutuelle de prévention de Novo SST, il vous est possible de consulter la fiche de prévention Monoxyde de carbone sur votre portail client. Et si vous avez des questions, communiquez sans tarder avec votre conseiller en prévention!

Sources :

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), [En ligne], [csst.qc.ca/prevention/theme/monoxyde_carbone/Pages/monoxyde_carbone.aspx] (Consulté le 14 janvier 2019).

Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), « Le monoxyde de carbone : inodore, incolore et mortel », [En ligne], date de diffusion : le 29 novembre 2018. [cchst.ca/products/podcasts/#c_13263] (Consulté le 14 janvier 2019).

Radio-Canada, « Du monoxyde de carbone empoisonne 13 personnes à Vancouver », [En ligne], publié le mercredi 5 décembre 2018. [ici.radio-canada.ca/nouvelle/1140160/empoisonnements-monoxyde-carbone-sante-danger-vancouver-ambulance-urgence] (Consulté le 14 janvier 2019).

Radio-Canada, « Le monoxyde de carbone responsable des décès au Centre d’interprétation du cuivre », [En ligne], publié le mercredi 26 septembre. [ici.radio-canada.ca/nouvelle/1126263/accident-cnesst-murdochville] (Consulté le 14 janvier 2019).

TVA Nouvelles, « Un bris du système de chauffage serait en cause », [En ligne], publié le mardi15 janvier 2019. [tvanouvelles.ca/2019/01/15/intoxication-toutes-les-ecoles-vont-etre-inspectees-assure-la-commission-scolaire] (Consulté le 16 janvier 2019).

Gouvernement du Québec, « Prévenir les intoxications au monoxyde de carbone », [En ligne], mis à jour le 8 décembre 2017. [quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-et-environnement/prevenir-les-intoxications-au-monoxyde-de-carbone] (Consulté le 17 janv. 2018).


<< Retourner au blogue