COVID-19: Gestion de vos ressources humaines

Dans un souci d’épauler notre clientèle pendant la crise qui sévit actuellement à travers le monde, sachez que, dans la mesure du possible, les employés de Novo demeurent opérationnels selon les contraintes gouvernementales et les différentes annonces du gouvernement Legault. Les différents services seront disponibles comme à l’habitude pour vous conseiller et vous accompagner tant au volet de la prévention, de la gestion des réclamations, du juridique et des ressources humaines, pour le volet santé et sécurité du travail (SST) dans un contexte de la COVID-19.

·         Nous tenons à vous informer et vous rappeler que nous avons une capsule de formation, Comment bien se laver les mains, qui spécifie les règles d’hygiène élémentaires. Visualisez cette capsule dès maintenant et partagez-la à tous vos employés.

Pour toute question, nous vous invitons à communiquer avec nous au 1 844 238-NOVO (6686) ou par courriel au serviceclientele@novosst.com.

Lorsqu’une épidémie franchit les frontières pour atteindre un continent ou la planète dans son ensemble, celle-ci devient une pandémie. Ce phénomène n’est pas si rare même si le contexte actuel crée de nombreux précédents au sujet de la gestion des ressources humaines et des relations de travail.

Dans une telle situation, en tant que gestionnaire, il est essentiel d’être préparé et de ne pas agir sur le coup de l’émotion. C’est pourquoi nous tenons à vous rappeler cinq principaux éléments en matière de communication avec vos employés :

1.     Poignée de main ou pas? Dans le contexte actuel, la plupart des clients seront frileux à l’idée d’une poignée de main d’emblée. Invitez vos conseillers aux ventes à être chaleureux et à s’intéresser véritablement aux clients en leur posant des questions agréables. Le meilleur moment pour donner une poignée de main est lors de la signature de l’offre d’achat, ce qui signifie le début d’une relation d’affaires et d’amitié. Dans tous les cas, n’hésitez pas à rendre disponible du désinfectant pour les mains, autant pour les employés que pour les clients.

2.     Analysez. Les choses peuvent évoluer rapidement et les employés s’attendent de leurs gestionnaires à ce qu’ils réagissent rapidement et prennent des décisions significatives. Il est recommandé d’éviter les processus de prise de décision trop complexes ou de céder à l’émotion ambiante. Néanmoins, il est essentiel d’écouter les préoccupations des employés ainsi que d’anticiper et de mesurer les impacts pouvant affecter votre entreprise.

3.     Communiquez avec vos gestionnaires. Assurez-vous que tous sont présents (dans la mesure du possible considérant le contexte actuel), disponibles et aptes à répondre aux principales interrogations. Il est primordial que vos gestionnaires soient vos ambassadeurs et demeurent calmes dans un contexte où plusieurs céderont à la frénésie ambiante.

4.     Communiquez avec vos employés. Tentez de comprendre les réalités individuelles de vos employés et de répondre à leurs principales préoccupations (écoles et garderies fermées, possibilités de télétravail ou d’horaire flexible, maintien en emploi, rémunération en cas d’absence, etc.). Il est recommandé d’être simple, présent et de les rassurer, et ce, sans faire de fausses promesses.

5.     Santé et sécurité. Chaque employeur doit adopter des mesures requises pour protéger la santé et la sécurité de ses employés. En fonction de la réalité de votre milieu de travail, il est de votre responsabilité de vous assurer que les mesures d’hygiène et de prévention sont adéquates et qu’elles sont communiquées aux employés. À cet égard, nous vous recommandons de laver les poignées de porte et tous les endroits régulièrement touchés par les gens.

*****

Nous souhaitons porter à votre attention le contenu très exhaustif du site du gouvernement du Québec concernant toutes les mises à jour de la COVID-19 et les points de presse du premier ministre Legault. Ce site demeure la référence en ce qui a trait à lévolution de la situation.

*****

Droits et obligations des employeurs

Plusieurs questions juridiques surgissent relativement aux droits et obligations des employeurs dans la situation actuelle qui peut impliquer des arrêts de travail.

La situation évoluant très rapidement, nous tenterons de vous dresser des pistes de réflexions et des implications sur les décisions qui peuvent être prises dans les prochains jours.

Employés qui reviennent de voyage : que dois-je faire?

Le gouvernement du Québec, dans sa conférence de presse du 12 mars, recommande aux personnes revenant d’un voyage à l’extérieur du pays ou ceux qui ont des symptômes s’apparentant à la grippe de se placer en isolement volontaire pour 14 jours. Ce n’est pas une obligation, mais une forte recommandation. En tant qu’employeur, vous pouvez décider d’exiger l’isolement volontaire pour un employé revenant de voyage ou présentant de tels symptômes.

Nos recommandations : exiger l’isolement volontaire pour les gens revenant de voyage depuis moins de 14 jours et pour ceux qui prennent la décision de partir à compter de maintenant. Bien évidemment, nous sommes conscients des impacts que ce genre de décision puisse avoir pour vos entreprises. Toutefois, il s’agit d’une mesure de prévention qui vise à ralentir la propagation de la maladie et pour protéger la santé et la sécurité de vos employés et de vos clients.

Dois-je rémunérer les employés en isolement volontaire?

Actuellement, l’employeur n’a aucune obligation de rémunérer un employé en isolement volontaire ou en arrêt de travail en lien avec la COVID-19 sous réserve des lois et conventions applicables. En effet, la Loi sur les normes du travail prévoit, depuis le 1er janvier 2019, que les deux premières journées d’absence pour cause de maladie ou d’obligation familiale doivent être rémunérées. Dans les contrats de travail ou les conventions collectives, des congés mobiles, des congés de maladie ou autres congés peuvent être prévus.

Par ailleurs, pour ceux qui sont partis en voyage avant l’annonce du gouvernement, nous vous recommandons de les payer pendant leur isolement volontaire ou de compenser leur perte salariale.

Le gouvernement du Canada a annoncé des mesures spéciales pour venir en aide aux travailleurs qui doivent subir des conséquences économiques de cette pandémie. Par exemple, le délai de carence de 5 jours prévu pour avoir accès à l’assurance emploi est annulé. Par ailleurs, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il entend prévoir des mesures particulières pour les employés ou les entreprises qui peuvent avoir des problèmes de liquidités en raison de la crise du coronavirus.

Le gouvernement du Québec demande aussi à tous les citoyens qui ont la possibilité de faire du télétravail de choisir cette solution pour tenter de ralentir le plus possible la propagation du coronavirus dans la population québécoise.

Quelles sont les recommandations pour les personnes en isolement volontaire?

Nous sommes d’opinion que les personnes se plaçant en isolement volontaire devraient rester à domicile à moins d’une urgence. À cet effet, nous sommes actuellement en discussion avec les autorités afin que cet élément soit davantage précisé.

Que dois-je faire si un employé a des symptômes?

Comme vous le savez, les symptômes de la COVID-19 sont similaires aux symptômes de plusieurs autres maladies. En tant qu’employeur, vous devez prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et la sécurité de vos employés. Conséquemment, vous devez faire preuve de prudence dans la façon dont vous traitez cette situation.

Nous considérons que l’employeur peut exiger d’un employé qui présente des symptômes et qui a voyagé récemment, et qui aurait pu être en contact avec des personnes ayant voyagé ou contracté le virus, d’exiger le retrait immédiat de l’employé et de lui exiger d’appeler au 1 877 644-4545 afin qu’il soit évalué. Si les intervenants de la santé considèrent que cet employé n’est pas à risque et n’a pas à se soumettre à des tests de dépistage, il pourra revenir travailler. S’il doit subir un test de dépistage, l’employé pourra revenir travailler sur présentation d’un résultat de test négatif ou d’un certificat d’aptitude au travail. Encore une fois, l’employeur n’a aucune obligation de rémunération sous réserve des lois applicables et décrites précédemment.

L’employeur doit être très vigilant dans l’application des mesures et doit s’assurer de les imposer de manière raisonnable.

Il est important de savoir qu’une personne soupçonnée être porteuse du virus ne peut se présenter dans un hôpital ou une clinique afin de faire un test de dépistage sans avoir préalablement appelé le 1 877 644-4545.

Les employés peuvent-ils refuser de rentrer travailler?

Selon la Loi sur la santé et la sécurité du travail, un travailleur dispose du droit de refuser d’exécuter un travail qui présente un danger pour lui ou pour une autre personne. Si le droit de refus est justifié, il peut donc ne pas travailler tout en étant rémunéré. Dans cette situation sans précédent, nous ignorons de quelle façon pourrait être interprétée cette notion de danger. À tout événement, la jurisprudence est d’avis que ce danger doit être réel et non un simple risque. Dans la situation actuelle, nous sommes d’opinion que la CNESST ne devrait pas autoriser de retrait préventif à moins qu’une personne contaminée soit maintenue dans l’organisation.

La situation actuelle peut évoluer rapidement et nous vous tiendrons informés de l’évolution des événements pouvant impacter vos activités.

Pour toute question, nous vous invitons à communiquer avec nous au 1 844 238-NOVO (6686) ou par courriel au serviceclientele@novosst.com.